FERMETURE ESTIVALE
ACCUEIL-BILLETTERIE : du samedi 11 juillet au dimanche 30 août
ADMINISTRATION : du samedi 18 juillet au dimanche 23 août
  • Sandrine Lanno
    Crédit : Sandrine Lanno

Sandrine Lanno | L’Indicible Compagnie

Partager

Artiste touche à tout, Sandrine Lanno multiplie les projets et les créations, en faisant du lien avec les différents publics un axe primordial de ses inventions théâtrales.

 

Avec L’Indicible Compagnie, dont elle assure la direction artistique depuis 1997, elle est solidement attachée au territoire de la Seine-et-Marne : nous n’avons donc pas eu beaucoup de route à faire pour lui poser quelques questions.

 

Pouvez-vous nous parler de votre collaboration avec le Théâtre de Chelles ? 

Ce travail commencé cette saison avec le Théâtre de Chelles a pris deux formes :

– Une résidence territoriale artistique et culturelle en milieu scolaire : En Voix – Echappées entre générations

– Une représentation de la dernière création de la compagnie : Le Cours classique d’Yves Ravey

Il me semble que ces deux travaux reflètent bien ce que nous souhaitons mener en tant qu’artiste/compagnie associée avec le Théâtre de Chelles, un travail de création et un travail de terrain avec les habitants de Chelles et de Seine-et-Marne où la compagnie est implantée, sur des thèmes qui sont chers à nos deux structures.

L’Indicible Compagnie se retrouve totalement dans ce que dit Frédéric Maragnani à propos des lieux de culture, « (ils) sont des espaces de vie et de paroles. Ils inventent un rapport direct, une façon de concerner le public et de le prendre à parti. »

Quand je pense artiste/compagnie associée, les premiers mots qui me viennent sont : coéquipier, complice, solidaire, engagé, réunir, partager, fédérer, créer.

 

Qu’est-ce que vous aimeriez mette en place avec le théâtre pour cette année ? 

La chose certaine est que le Théâtre de Chelles va accueillir la prochaine création en milieu carcéral de la compagnie. Depuis 2013, chaque année avec l’équipe de L’Indicible Compagnie nous menons un travail de création théâtrale avec des femmes et hommes détenus du centre pénitentiaire sud francilien de Réau en Seine-et-Marne. C’est un des moments importants et essentiels du travail de la compagnie, cela fait partie de son ADN. Je suis donc très heureuse que le Théâtre de Chelles soit partenaire de cette prochaine création – Étéocle et Polynice : les frères ennemis de la famille des Labdacides.

Autre projet dans les cartons :

Ateliers de correspondances intergénérationnelles / Interroger la fabrique du genre

Afin de poursuivre notre action d’ancrage territorial engagée auprès du Théâtre de Chelles en 2019/2020 autour de la prise de parole, nous proposerons aux écoles élémentaires de la ville ainsi qu’aux maisons de retraites et centres sociaux des ateliers de correspondance entre générations sur le thème du genre et des inégalités liées au genre, sujet de la prochaine création – Mauvaises filles. Cette correspondance intergénérationnelle s’organisera autour de portraits réalisés en peinture par l’artiste plasticienne Claire Astruc et fera l’objet d’un travail radiophonique.

 

Quels sont vos projets de création ?

Le prochain projet de création sur lequel nous travaillons actuellement avec l’équipe de L’Indicible Compagnie se nomme Mauvaises filles.

Porter le réel sur scène de “mauvaises filles” des années 50 prises dans les rets de la justice ainsi que d’adolescentes délinquantes d’aujourd’hui placées dans des centres éducatifs fermés. Rééducables, inéducables ou juste rebelles ayant une farouche envie de vivre, qui sont-elles ? Redonner corps et voix à leurs souffrances, mais aussi et surtout à leur vitalité et leur résistance. Avec leurs histoires, décrypter la place faite aux femmes aujourd’hui dans les institutions et la société, questionner la fabrique du genre et la construction des inégalités sociales. À partir d’une écriture, celle de Sonia Chiambretto, qui tient autant du récit que du témoignage et de la pièce de théâtre, mêlant archives et récits actuels, façonner des portraits impressionnistes hétéroclites de ces jeunes filles et se demander si leur combat pour leur liberté face à un ordre moral, sexuel et social n’éclaire pas nombre de réflexions et de luttes actuelles.

Créations