PASS SANITAIRE : Suite aux annonces gouvernementales, un pass sanitaire (vaccination ou test) sera demandé à toute personne de plus de 18 ans pour les spectacles en salle à partir du 21 juillet 2021. Le masque reste obligatoire.

  • Naz © Jérémie Bernaert petit
Jeudi 21 Février Vendredi 22 Février
  • Grande salle, Jeu 21 Février 14h30
  • Grande salle, Ven 22 Février 20h30
  • Tarif B : 12/14/16€
  • Durée : 1h
  • De Ricardo Montserrat
  • Adaptation et mise en scène Christophe Moyer
  • Cie Sens Ascensionnels
  • Interprétation Henri Botte
  • Vidéo Jérémie Bernaert
  • Technique Yann Hendrickx, Jean-François Métrier, Claire Lorthioir (en alternance)

Coproduction Culture commune – Scène Nationale du Bassin Minier du Pas-de-Calais, Colères du présent, Ville de Grenay (Espace culturel Ronny Coutteure), Ville de Carvin, L’Escapade d’Hénin-Beaumont.

Avec le concours de l’Agence nationale pour la Cohésion Sociale et l’Egalité des Chances (ACSÉ), pour l’accompagnement du volet débat.

© Photo Jérémie Bernaert

  • « Henri Botte campe un extrémiste physique, brutal, crédible jusque dans ses attitudes, dans sa gestuelle. La pièce est une montée vers la violence qui fait froid dans le dos, qui remue, qui pose question. »

    Nord Eclair

Ecrit à partir de paroles de jeunes du Pas-de-Calais qui fréquentent des groupuscules extrémistes où l’on se construit sur le rejet de l’autre, ce spectacle troublant, dérangeant et efficace traduit une réalité qu’on ne peut ignorer. Leurs arrière-grands-parents furent parfois immigrés ou résistants, leurs grands-parents bosseurs, leurs parents sont souvent précaires, divorcés et déprimés. Ces jeunes se sont appropriés la mémoire industrielle et ouvrière, mais la violence est leur seule réponse à la peur de l’avenir. Généralement travailleurs, sportifs, bons potes, ils déversent en fin de semaine des slogans haineux sur des musiques lourdes, vocifèrent dans des stades de football ou bastonnent SDF, homosexuels, bobos, sans papiers et autres « gris ».

Avec un Henri Botte survolté, le spectacle offre « une heure spectaculaire, bruyante et imagée dans l’intimité d’un jeune Naz afin de comprendre de l’intérieur ce qui s’est passé, ce qu’on – la république, l’école, la famille – a raté » (Ricardo Montserrat). Un moment de décryptage en présence du metteur en scène suit immédiatement ce spectacle coup de poing.

Coproduction Culture commune – Scène Nationale du Bassin Minier du Pas-de-Calais, Colères du présent, Ville de Grenay (Espace culturel Ronny Coutteure), Ville de Carvin, L’Escapade d’Hénin-Beaumont.

Avec le concours de l’Agence nationale pour la Cohésion Sociale et l’Egalité des Chances (ACSÉ), pour l’accompagnement du volet débat.

© Photo Jérémie Bernaert