Accueillez chez vous le spectacle La Longue Route : par ici !

  • 220105_RdL_0010
    © Christophe Raynaud de Lage
  • 220105_RdL_0215
    © Christophe Raynaud de Lage
  • 220105_RdL_0277
    © Christophe Raynaud de Lage
Samedi 29 Janvier
  • Auditorium, 20h30
  • Tarif B : 12/14/16€
  • Durée : 1h20
  • Tout public dès 11 ans
  • Mise en scène et interprétation Kamel Abdessadok
  • Mise en scène Anne-Elodie Sorlin

Dans le cadre du dispositif Voisins de Scène avec Les Passerelles, scène de Paris-Vallée de la Marne

De et avec Kamel Abdessadok
Mise en scène Anne-Élodie Sorlin
Conseil à la dramaturgie Youness Anzane
Création lumières Jean-Louis Portail
Création musicale PAL
Création marionnette Claude Dessimond
Construction Michel Mugnier
Régie générale, régie plateau Julie Leprou-Tomasina
Régie son et lumière Jules Pierret
Remerciements Jonathan Capdevielle, David Wampach, Laura Fédida, Rose Groen, Sophie Deck

Production déléguée Le Monfort théâtre – Paris
Aide à la création Ville de Champigny-sur-Marne – Centre Culturel Jean Vilar / Théâtre Gérard Philipe
Coproductions Les Passerelles – scène de Paris Vallée de la Marne – Pontault-Combault, LA CREA Coopérative de Résidence pour les Ecritures et les Auteurs.trices Agglomération Mont Saint-Michel Normandie, Théâtre La passerelle – Scène Nationale de Gap et des Alpes du Sud
Avec le soutien de DRAC Île-de-France, Aide à la création Région Île-de- France, Association Villes des Musiques du Monde – Aubervilliers
Une maquette a été présentée dans le cadre du Festival FRAGMENTS 8 – La Loge

“ Je ne sais plus si c’est mon histoire que je vous raconte. Mais je vous assure que je suis sincère ” Kamel Abdessadok

 

Mais qui est Kamel Abdessadok ? Homme, d’origine arabe, entre deux âges… De multiples identités et autant de personnages, Kamel parle, plaide, danse, chante. Il baisse le masque et se met à nu. Avec lui, le 4ème mur est un voile léger qui se soulève volontiers pour des apartés complices. Si on considère le seul en scène comme le spectacle de l’intime, celui dans lequel l’artiste “se livre”, Kamel Abdessadok se joue du flou. Toujours entre deux vérités, le récit et la fiction, l’image et la réalité, il pointe avec dérision nos incohérences qui sont également les siennes. On retrouve dans ce solo l’humour et l’amour de l’absurde du collectif Les 26 000 couverts, dans lequel on l’a découvert.

« Il y a l’image que nous pensons renvoyer de nous-même et l’image que les autres perçoivent. Entre les deux, il y a ce vide, ce plein, le fantasme, la vérité, les arrangements avec le réel. Il y a ce qu’il reste de l’enfance qui nous sauve un peu parfois et il y a le monstre adulte qui dévore tout, souvent. Je veux jouer avec les petits mensonges qui deviennent des vérités, les vérités qui ne sont jamais dites. Ce que l’on garde pour soi et qui nous assombrit, ce que nous laissons exploser et qui illumine. Danser, chanter, jouer, rire, pleurer, me taire…. Parfois pour de vrai, parfois pour de faux. J’ai envie de vous raconter des histoires, je voudrais qu’elles vous touchent, je voudrais que ce soit vrai. Je ne sais plus si c’est mon histoire que je vous raconte. Mais je vous assure que je suis sincère. »
Kamel Abdessadok

« C’est aussi l’histoire d’une rencontre, en filigrane. Kamel a demandé à quelqu’un qui ne le connaissait pas de l’aider à parler de lui. C’est l’histoire de quelqu’un qui, en se dévoilant de plus en plus à moi, se dévoile de plus en plus à nous. Je crois que c’est en cherchant à se rapprocher au plus près de son être intime que l’on peut parfois toucher à l’universel. »
Anne-Élodie Sorlin

Dans la presse

« Un seul-en-scène drôle et délicat, nourri de multiples disciplines, dans lequel Kamel Abdessadok invente sa propre mythologie. » – SCENEWEB

« Il y a beaucoup de bonne humeur dans cette suite de tableaux imaginaires qui engagent l’histoire intime du comédien en cherchant à la rendre universelle. » – LA TERRASSE

« Reconnaissable entre tous avec sa tignasse frisée et ses yeux rieurs, son humour pince-sans-rire (…) Kamel Abdessadok nous a fait marrer chez 26000 Couverts (…). Le voilà pour la première fois dans un seul en scène (…). Il y a de l’inattendu (…), du pseudo-autobiographique (…), du sensible (…). » LE CANARD ENCHAÎNÉ

 

Dans le cadre du dispositif Voisins de Scène avec Les Passerelles, scène de Paris-Vallée de la Marne

De et avec Kamel Abdessadok
Mise en scène Anne-Élodie Sorlin
Conseil à la dramaturgie Youness Anzane
Création lumières Jean-Louis Portail
Création musicale PAL
Création marionnette Claude Dessimond
Construction Michel Mugnier
Régie générale, régie plateau Julie Leprou-Tomasina
Régie son et lumière Jules Pierret
Remerciements Jonathan Capdevielle, David Wampach, Laura Fédida, Rose Groen, Sophie Deck

Production déléguée Le Monfort théâtre – Paris
Aide à la création Ville de Champigny-sur-Marne – Centre Culturel Jean Vilar / Théâtre Gérard Philipe
Coproductions Les Passerelles – scène de Paris Vallée de la Marne – Pontault-Combault, LA CREA Coopérative de Résidence pour les Ecritures et les Auteurs.trices Agglomération Mont Saint-Michel Normandie, Théâtre La passerelle – Scène Nationale de Gap et des Alpes du Sud
Avec le soutien de DRAC Île-de-France, Aide à la création Région Île-de- France, Association Villes des Musiques du Monde – Aubervilliers
Une maquette a été présentée dans le cadre du Festival FRAGMENTS 8 – La Loge