FERMETURE DU THÉÂTRE DE CHELLES
Mise à jour : jeudi 14 janvier 2021 (10h30)
Suite aux annonces gouvernementales du 7 janvier 2021, le théâtre est fermé au public jusqu’au 31 janvier. Toute l’équipe se mobilise pour vous renseigner du mieux possible sur les annulations, les modifications d’horaires, les reports et les remboursements.
Les détenteurs de billets des spectacles de novembre,  décembre et janvier ont été contactés par mail afin d’indiquer les démarches à suivre.
Tous les spectacles jusqu’au 31 janvier sont annulés, dont certains du Festival Solo. Le chant du périnée d’André Manoukian et Les naufragés d’Emmanuel Meirieu sont reportés au mois de mars.
Les spectacles de février sont pour l’instant maintenus, en attendant les prochaines annonces gouvernementales du 20 janvier.
Pour toutes questions éventuelles, l’accueil-billetterie du théâtre reste disponible uniquement par téléphone au 01 64 210 210 aux horaires habituels d’ouverture.
Tout l’équipe du théâtre continue de travailler dans la bonne humeur malgré la fermeture afin d’organiser au mieux nos retrouvailles. Enfin, nous vous souhaitons une belle et heureuse année 2021 !
  • Comme la mer, mon amour_20190610_2203102_creditsDR
    © DR
Mardi 30 Mars
  • Auditorium, 20h30
  • Tarif B : 12/14/16€
  • Durée : 1h30
  • Tout public dès 15 ans
  • Écriture, mise en scène et interprétation Boutaïna El Fekkak, Abdellah Taïa - La Cie d'un pays lointain

 

Écriture, mise en scène et interprétation Boutaïna El Fekkak, Abdellah Taïa

Production La compagnie d’un pays lointain
Coproduction Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines ; Institut Français – Fonds « Des mots à la scène » pour les dramaturgies du Sud et des Caraïbes, en cours

 

# : amour, exil, retrouvailles

 

Ils se sont rencontrés dans un temps ancien au moment du début de l’exil, de leur Maroc natal à Paris. Puis, ils se sont reconnus un soir dans un théâtre, dix-neuf ans après. Elle est actrice et sillonne le pays pour des créations (dont Elle brûle de Caroline Guiela Nguyen qui l’a amenée à Chelles en 2015). Lui est écrivain et cinéaste, auteur notamment d’ Un pays pour mourir et, plus récemment de La vie lente.

Le soir de leurs retrouvailles, ils errent dans Paris et parlent longuement de leur passion commune pour les films égyptiens. Les voici à nouveau réunis et cet instant leur insuffle le désir d’écrire. Écrire sur l’inévitable retour des fantômes, sur la nécessaire confrontation avec le passé, sur l’attente éternelle d’un miracle, sur le silence d’une chanson. Une chanson de Samira Saïd, Zayyi el-bahr, habbibi : Comme la mer, mon amour.

 

Autour du spectacle

Samedi 27 mars – 17h : Apéro littéraire

Avec Abdellah Taïa à la Médiathèque Jean-Pierre-Vernant

Mardi 30 mars – 19h : Restauration Panorama-Bar

 

 

Écriture, mise en scène et interprétation Boutaïna El Fekkak, Abdellah Taïa

Production La compagnie d’un pays lointain
Coproduction Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines ; Institut Français – Fonds « Des mots à la scène » pour les dramaturgies du Sud et des Caraïbes, en cours

 

# : amour, exil, retrouvailles